GUEPE OU ABEILLE

La guêpe se reconnait à sa couleur jaune rayée de noir, elle butine ici une fleur de panais pour se nourrir de nectar

En septembre l’abondance de guêpes inquiète souvent, mais ce phénomène est normal car les colonies annuelles atteignent leur maximum en fin d’été avant de disparaitre avec les premiers froids de l’hiver. Seules les reines fécondées subsisteront, elles seront à l’origine de nouvelles colonies au printemps prochain.

De nombreuses personnes confondent encore guêpes et abeilles, non seulement par leur aspect, mais aussi par leur mode de vie. Pour compliquer le tout, une famille de mouches, les syrphes, se déguisent en hyménoptères pour mieux nous tromper.
Voici quelques informations qui vous aideront à mieux les connaitre :

Très active, l’abeille mellifère se reconnait à ses antennes coudées dirigées ici vers la fleur et à ses pelotes de pollen

L’abeille mellifère appartient à la super famille des Apoïdes qui regroupe environ 1000 espèces en France. Ces insectes sont végétariens, ils récoltent du nectar qu’ils transforment en miel et du pollen pour nourrir leurs larves. L’abeille mellifère est la seule à constituer une importante provision de miel qui permettra à la reine et à sa colonie de passer l’hiver. Les cellules du nid sont faites de cire issue de glandes particulières des ouvrières. L’abeille est de couleur marron plus ou moins foncé selon les races.
Les autres abeilles dites sauvages ou solitaires ne vivent que quelques semaines. Elles récoltent du pollen afin de constituer des boulettes sur lesquelles elles pondent un œuf. Les larves se débrouilleront toutes seules pour se nourrir.
Les abeilles sont couvertes de poils sur lesquels s’accrochent les grains de pollen, permettant ainsi la pollinisation croisée des plantes.

Le mâle de l’abeille ou faux bourdon se reconnait à ses gros yeux contigus, il ne butine pas les fleurs

Les faux bourdons sont les mâles des abeilles, ils ne butinent pas et ne doivent pas être confondus avec les bourdons qui sont des espèces cousines plus trapus et couverts d’une épaisse toison. Ce sont d’actifs pollinisateurs qui récoltent pollen et nectar, mais dont les sociétés ne vivent que quelques mois.
Les abeilles sauvages et les bourdons sont peu agressifs, ils peuvent toutefois piquer lorsqu’ils sont saisis.

Grâce à son épaisse toison, le bourdon est moins frileux que l’abeille. Il reste actif le matin, le soir et par mauvais temps

Guêpe prélevant des fibres de bois pour fabriquer son nid de papier

Les guêpes de couleur jaune rayé de noir sont peu velues avec une forme plus élancée. Elles sont carnivores, en particulier les larves qui sont nourries à la becquée par les ouvrières qui chassent différents insectes ou récupèrent de la viande sur des déchets. Les adultes se nourrissent surtout de matières sucrées telles que le nectar des fleurs et les fruits. Les frelons sont de grosses guêpes. Elles fabriquent un nid de carton avec du bois récupéré sur les branches. Selon les espèces celui-ci peut être souterrain, accroché à un bâtiment ou dans un arbre. Les cellules qui contiennent les larves sont protégées par une enveloppe de carton. Les polistes sont un genre de guêpes plus sveltes avec des pattes trainantes en vol. Leur nid est ouvert avec les cellules visibles. Peu agressives, elles peuvent être facilement observées.

La poliste est plus svelte que la guêpe commune. Elle réduit ici un insecte en bouillie pour nourrir ses larves

A l’exception des mâles, guêpes et abeilles possèdent un dard et peuvent piquer si elles ou leur nid se sentent menacés. La guêpe qui possède un dard lisse peut piquer plusieurs fois. Celui des abeilles est cranté et reste planté dans la chair des animaux ainsi que la glande à venin qui s’arrache de l’abdomen entrainant la mort de l’animal. Il ne faut pas le pincer pour le retirer sous peine d’envoyer du venin dans la blessure, mais utiliser une petite pince que l’on glisse dessous au ras de la peau. Si l’abeille pique un autre insecte, la cuticule rigide ne retient pas le dard et l‘abeille se dégage sans perdre la vie. Ainsi, quand une nouvelle reine éclot dans la ruche, elle tue les autres car il ne doit rester qu’une seule reine dans la colonie.

Dard d’une abeille mellifère venant de piquer. La glande à venin reste accroché au dard

L’éristale butine les fleurs d’une manière plus nonchalante que l’abeille.
Ses antennes sont très courtes et elle ne récolte pas de pollen

Les éristales ressemblent aux abeilles mellifères comme deux gouttes d’eau mais ce sont des mouches qui appartiennent à l’ordre des Diptères (2 ailes) et à la famille des Syrphidae. Leurs larves vivent dans les eaux putrides, elles possèdent un long siphon respiratoire d’où leur nom de larves queue de rat.
Ces mouches se déplacent d’une manière nonchalante, ne possèdent pas de panier à pollen et surtout leurs antennes minuscules sont à peine visibles comparées à celles des guêpes et des abeilles qui sont longues et coudées.

La larve queue de rat de la mouche éristale se nourrit des particules contenues dans les eaux putrides et participe à leur épuration

Les syrphes volent sur place et butinent les fleurs pour se nourrir.
Leurs antennes très courtes les différencient des guêpes

D’autres mouches de la famille, les syrphes, possèdent un costume de guêpe, elles butinent les fleurs et volent souvent sur place. Leurs larves ont l’aspect d’asticots qui rampent sur les tiges à la recherche de pucerons dont ils se nourrissent. D’où l’intérêt de planter des fleurs dans son jardin pour attirer ces mouches totalement inoffensives.

Larve de mouche syrphe consommant un puceron


Laissez votre adresse mail dans l'onglet contacts
si vous souhaitez être averti de nos prochains articles ou supprimé de la liste.

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    Surateau Sylvie (samedi, 14 septembre 2019 15:38)

    Merci pour toutes ces précieuses et délicieuses informations
    Bravo aussi
    Quel talent
    A bientôt
    Stage à Bergerac en novembre
    Bises

  • #2

    L'Achiver Hélène (dimanche, 15 septembre 2019 17:55)

    C'est toujours un vrai bonheur de voir tes photos et de lire tes commentaires

    Amicalement

  • #3

    Didier (dimanche, 15 septembre 2019 22:20)

    Hello, je suis admiratif devant la beauté et la qualité de tes photos!

  • #4

    Jean-Marie (lundi, 16 septembre 2019 11:31)

    Bravo ! Cet article super documenté, nous donne l'impression d'en savoir autant que celui qui l'a écrit...
    Les photos magnifiques complètent allègrement cet exposé.
    Vivement le prochain !

  • #5

    Michelle (mercredi, 18 septembre 2019 09:50)

    Merci Gérard pour toutes ces précisions. Différencier une guêpe et une abeille n'était pas chose aisée. Bravo pour les photos et les textes. A chacun de tes blogs, tu contribues à nous sensibiliser de plus en plus à notre environnement.