LE MONDE DES LIBELLULES

Ces gracieux insectes qui virevoltent au-dessus des plans d’eau ont à peine changé depuis leur apparition sur terre il y a environ 300 millions d’années. Le Meganeura, ancêtre des libellules, mesuraient plus de 70 cm d’envergure et abondait dans les marais du Carbonifère. Il est considéré comme le plus grand insecte ayant vécu sur terre.

Actuellement une centaine d’espèces ont été recensées en France, la plus grande est l’Anax empereur qui peut atteindre 15 cm d’envergure.
Les libellules appartiennent à l’ordre des Odonates divisé en deux sous ordres :
Les Anisoptères comprennent les vraies libellules de taille moyenne, porteuses d’un abdomen souvent aplati et les grandes æschnes à l’abdomen long et cylindrique. Au repos les quatre ailes des anisoptères sont disposées à plat.
Les Zygoptères petites libellules de type demoiselles ou agrions possèdent un abdomen fin et cylindrique. Leurs ailes sont à peu près égales, souvent regroupées l’une contre elle au repos

UNE VIE LARVAIRE AQUATIQUE
Selon les espèces et leurs conditions de vie, les larves de libellules passent d’une à plusieurs années dans l’eau.

Pour se déplacer, les petites espèces (Zygoptères) ondulent à la manière d’une anguille, aidées par leurs appendices caudaux en forme de plumes.

Quand elles sont inquiétées, les larves d’Anisoptères se déplacent en rejetant brutalement l’eau contenue dans leur abdomen par l’arrière de leur corps, ce qui provoque une progression à réaction.

Toutes les libellules sont carnivores, les larves capturent leurs proies en projetant leur lèvre inférieure mobile. Elles chassent souvent à l’affut en se tapissant sous la vase où dans les herbes.

LE CŒUR COPULATOIRE

Lors de l’accouplement le mâle saisit la femelle par le cou grâce à des pinces situées à l’extrémité de l’abdomen. Le couple vole ainsi un moment ensemble puis la femelle repli son abdomen vers les pièces génitales du mâle situées en haut de son abdomen et le couple prend alors une forme de cœur, tout un symbole. 
Selon les espèces, la femelle pondra ensuite dans l’eau ou dans les plantes. Chez certains agrions, le mâle reste accroché à la femelle pendant qu’elle pond, une façon de la protéger contre les assauts des autres mâles.

UNE ÉCLOSION RISQUÉE
Parvenue à maturité la larve grimpe sur un support pour éclore. Il n’y a pas de stade nymphal chez ces insectes qui passent directement de la larve à l’adulte. Une période à risques car l’animal ne peut s’enfuir à l’approche d’un danger


Dans un premier temps, la peau éclate sur le dos de la larve ce qui laisse apparaitre la tête et les pattes de la libellule adulte. L’insecte reste un moment dans cette position le temps que ses pattes se durcissent en séchant.
Quand ses pattes sont fonctionnelles, elle s’accroche plus haut puis sort totalement son abdomen et les embryons d’ailes. Ces derniers ne tardent pas à se gonfler sous l’effet du sang (hémolymphe ) insufflé dans les nervures. Les ailes de couleur vert clair pendent en arrière puis deviennent transparentes en séchant.

La libellule peut alors les étaler et effectuer son premier vol. Plusieurs heures voir jours sont nécessaire avant d’atteindre ses couleurs définitives et sa maturité sexuelle ce qui oblige souvent les femelles à s’éloigner du bord de l’eau pour éviter les attaques des mâles

Pour découvrir d’autres photos, rendez-vous dans la galerie photo


A LA DÉCOUVERTE DE L’AGRION DE MERCURE

Dimanche 26 juin 2022
Nous animerons une sortie de l’AEV au marais de Stors à la recherche de cette libellule protégée
qui fréquente les ruisseaux et fossés non pollués.
Voir sorties nature CLIMAX

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Christian (samedi, 25 juin 2022 10:49)

    Waouhh ! Superbe reportage, comme d'hab.
    Bon WE et bises de nous deux.
    Christian et Dodo